Le terme e-commerce, également appelé commerce électronique, regroupe l’ensemble des activités et des transactions commerciales s’opérant à distance grâce aux interfaces électroniques : ordinateur, tablettes, téléphones mobiles, QR Code, bornes interactives….

Ces transactions sont le plus souvent basées sur l’utilisation des protocoles internet. Le e-commerce se faisait historiquement sur ordinateur via un site internet marchand mais la multiplication récente des nouvelles technologies et des objets connectés augmente considérablement les possibilités de commerce à distance. Le e-commerce prend maintenant des formes variées en termes de situations d’achats, de supports, et de technologies. Le e-commerce utilise des modèles économiques variés : ventes directes de produits, ventes sur les market-place par des tiers, ventes par affiliation….

Le e-commerce : une révolution économique.

webmaster-freelance-webdesignerEn quelques années, le e-commerce est devenu une activité incontournable pour de nombreuses entreprises car Internet et les nouvelles technologies de l’information ont redéfini les chaînes de production de valeur de nombreuses industries. Au cours des années 2000, de nouveaux modèles d’entreprises, plus rapides et moins chers sont apparus. Nées avec internet, ces nouvelles entreprises « pure-player » ont directement concurrencé les acteurs traditionnels avec des prix agressifs, un catalogue produit plus large et une disponibilité permanente. Les entreprises traditionnelles ont mis du temps à réagir et connaissent des difficultés pour réinventer leur politique commerciale et retrouver leur compétitivité. De nombreux secteurs économiques sont encore à la recherche de modes de croissance stables et vertueux qui permettent de concilier le e-commerce et leurs activités traditionnelles.

D’ailleurs Youtube est un moyen de communication fortement utilisé par les boutiques en ligne pour faire leur promotion, c’est le cas de Infinie Passion :

Le e-commerce français : une activité en plein essor.

En France, le e-commerce est devenu le principal canal de vente à distance, devant la vente par correspondance. En 2012, la Fédération de e-commerce et de ventes à distance (FEVAD) estimait à 117 500 le nombre de sites marchands actifs. En France, ces entreprises représentent 75 000 emplois directs ou indirects. La France se positionne au sixième rang du e-commerce mondial. En Europe : le Royaume-Uni est le premier pays avec 96 milliards d’euros générés en 2012, suivi par l’Allemagne avec 50 milliards d’euros. En 2012, le e-commerce français représentait un chiffre d’affaires total de 45 millions d’euros. Le e-commerce représente une part significative de la croissance de l’économie française.

En moyenne 7% du commerce de détail (hors alimentaire) se réalise grâce au commerce électronique. Sur le secteur des produits culturels, le poids des ventes sur Internet atteint dorénavant 21% de parts de marché. Les autres secteurs les plus concernés sont le tourisme, les services dématérialisés (abonnement, billetterie) et l’habillement. Un acheteur français réalise en moyenne 16 transactions par an pour un montant total de 1400 euros.

En France, les dix principaux sites de e-commerce sont : Amazon, Cdiscount, FNAC, eBay, Price Minister, La Redoute, Voyages-Sncf.com, Carrefour, Rue du Commerce, Groupon. Le premier d’entre eux, Amazon, reçoit plus de 1,5 million de visiteurs uniques par jour.

Quelles seront les prochaines évolutions du e-commerce ?

developpement-boutique-en-ligneLe m-commerce, le commerce électronique sur smartphones et tablettes, est en pleine expansion. Le cap des 1 milliard d’euros de ventes a été dépassé l’an dernier. Il s’agit d’une croissance de 150% par rapport à 2011 et les marges de croissance sont encore considérables.

Le futur du e-commerce passera par l’essor des objets connectés et intelligents entraînera l’augmentation progressive des transactions commerciales automatisées ne nécessitant pas d’intervention humaine.

Si vous désirez économiser ou du moins payer moins cher une prestation en rapport avec Internet et le design, pensez à contacter un webmaster freelance de votre région, comme Namur, il vous demandera sans doutes moins qu’une agence Web située sur Bruxelles.